Réserve de Biosphère

1. C’EST QUOI UNE RESERVE DE BIOSPHERE ?

 Le programme sur l’Homme et la Biosphère "MAB" (Man and Biosphère) a été lancé par l’UNESCO en 1971 pour encourager et accompagner les pratiques de développement durable.

C’est un programme scientifique qui s’appuie sur un réseau mondial de Réserves de Biosphère dont le but est d’étudier et d’améliorer les relations entre l’homme et son environnement au vu des interactions quotidiennes. Les réserves de biosphère sont conçues pour répondre à l’une des questions les plus essentielles qui se posent au monde d’aujourd’hui : Comment concilier la conservation de la biodiversité et des ressources biologiques avec leurs utilisations durables?

Elles ont pour mission de :

  •  Conserver le patrimoine naturel et culturel en impliquant la population,
  •  Promouvoir un développement économique respectueux de l’environnement et en accord avec la culture locale,
  •  Développer les activités de recherche et d’éducation.

Les réserves de biosphère sont « des aires portant sur des écosystèmes ou une combinaison d’écosystèmes terrestres et côtiers/marins, reconnues au niveau international dans le cadre du programme de l’UNESCO sur l’homme et la biosphère (MAB) »

A ce titre, elles constituent des lieux d’expérimentation et remplissent également trois fonctions complémentaires :

  • Une fonction de conservation, pour préserver les ressources génétiques, les espèces, les écosystèmes et les paysages ;
  • Une fonction de développement, pour encourager un développement économique et humain durable ;
  • Une fonction de support logistique pour soutenir et encourager les activités de recherche, d’éducation, de formation et de surveillance continue, en relation avec les activités d’intérêt local, national et global, visant à la conservation et au développement durable.

Pour atteindre ces objectifs, un zonage à trois niveaux est mis en œuvre :

  •  une ou plusieurs aire(s) centrale(s) dans un but de protection de l’environnement,
  •  une ou plusieurs zone(s) tampon(s) entourant l’aire centrale où seules des activités compatibles avec les objectifs de conservation ont lieu,
  •  une aire de transition, qui regroupe l’essentiel des activités économiques et sociales, où des pratiques de gestion durable des ressources sont encouragées ainsi que l’éducation et la sensibilisation.

Quelques éléments de référence

   unesco_mab_logo      

  Cadre statutaire du reseau mondial

2. PROJET DE CANDIDATURE

 Le Territoire du pays de Sarrebourg est en phase de préparation d’un dossier de candidature au titre de réserve de biosphère.

Cette ambition appuyée par la forte volonté des acteurs socioéconomiques, élus, associations, représentants de l'administration, et autres gestionnaires du territoire est un atout pour l’aboutissement du projet.

2.1. PAYS DE SARREBOURG: Un territoire en capacité d’être labellisé réserve de biosphère:

Une richesse naturelle et paysagère

 Sur ses 993 km² de superficie, le territoire est doté d’une diversité de paysages qui définissent les grandes régions naturelles, ainsi que les régions agricoles et forestières.

Un cadre institutionnel favorable à la démarche d’une telle candidature

Le projet de territoire du PETR du Pays de Sarrebourg intègre toute une série d’actions s’inscrivant dans l’esprit du développement durable : urbanisme durable, plan de formation « agribio » pour favoriser les techniques agro-écologiques auprès des exploitants agricoles, mise en valeur du patrimoine naturel et architectural, développement de déplacements doux, rénovation énergétique des bâtiments, gestion prévisionnelle des emplois et des compétences notamment en faveur des entreprises artisanales pour l’obtention du label RGE (artisans garants en environnement), écotourisme.

Au même moment en 2015, le territoire a engagé une procédure d’élaboration d’un schéma de cohérence territorial (SCoT) avec la prise en compte d’une approche environnementale de l’urbanisme (AEU) dans les réflexions de construction du projet du SCoT

Des acteurs du territoire, moteurs d’un développement durable

De nombreux acteurs présents sur le territoire peuvent déjà être associés  à la démarche de candidature, qu’ils soient publics ou privés:

  • Le pôle « Déchets » du Pôle d’Equilibre Territorial et Rural, qui s’inscrit dans le programme « Territoire zéro déchet – zéro gaspillage »
  • La Communauté de Communes de Sarrebourg Moselle Sud, labellisée « Territoire à Energie positive pour une Croissance verte (TEPCV)
  • La Ville de Sarrebourg qui articule ses réflexions de développement urbain autour d’un programme labellisé « Agenda 21 ».
  • La commune de Vasperviller pour son projet  mise en place d’une oasis en agro-écologie avec un site d’étude et d’expérimentation.
  • Des acteurs touristiques comme le Parc animalier qui développe dans son concept et produits touristique les notions de « Biodiversité » et de « Protection des écosystèmes ».
  • L’Association Pervenche-Immergrün dans la commune de Walscheidqui gère depuis plusieurs années déjà un cheptel de chèvres et de daims pour la gestion paysagère permettant de maintenir de façon écologique, l’ouverture paysagère des fonds de vallée. Une gestion similaire a été entreprise  par la commune de Turquestein-Blancrupt avec des vaches écossaises (Highland Cattles) dans la vallée de la Sarre blanche.
  • Le Conservatoire des Espaces Naturels de Lorraine qui gère plusieurs sites, afin de maintenir, garantir le respect et approfondir les connaissances des milieux naturels sur le territoire.

2.2. ETAPE EN COURS:

   2.2.1 Phase d’information et de communication

Dans le cadre de la préparation du dossier de candidature, et comme le voudrait le cadre statutaire du réseau mondial MAB, le territoire est en pleine phase de concertation dans le but de mobiliser toutes les communes pouvant être concernées afin de les informer de la démarche.

Des nombreux acteurs du territoire sont actuellement contactés et des rencontres sont prévues à cet effet.

              facebook-icon-preview Ici, vous pouvez soutenir la démarche

 

Haut de page